Le sens des processus d’engagement hors du champ politique chez les jeunes

Anne Quéniart

Résumé


Dans ce texte, l’auteure revient sur deux des recherches qualitatives qu’elle a réalisées il y a quelques années, l’une qui comparait le parcours de vie et le sens donné à l’engagement de jeunes se définissant comme des consommateurs engagés à ceux de jeunes militant au sein de divers groupes ou associations et de partis politiques, l’autre qui analysait l’insertion de la pratique de don de sang dans la vie quotidienne des jeunes et analysait la convergence ou la concurrence entre des pratiques de don de sang et d’autres pratiques d’engagement civique chez les jeunes. En lien avec la réflexion amorcée lors du colloque de Baie-St-Paul de 2012 sur le processus d’engagement, elle y examine deux dimensions particulières de l’engagement : celle de la finalité de l’engagement de ces jeunes – pour quoi ou qui s’engagent-ils ? – et celle de la temporalité – comment s’insère l’engagement dans leur quotidien ? L’auteure montre que les processus d’engagement des jeunes sont fortement marqués par une porosité entre le privé et le public, les actes posés individuellement ayant toujours un sens et une portée collective. Les gestes de consommation responsable de même que le don de sang sont définis comme des actes de participation à la société, comme un « agir » pour changer les choses à leur échelle. Leurs pratiques individuelles sont également l’expression d’un souci de l’Autre, de son bien-être, que cet Autre soit lointain (producteurs du Sud) ou proche (petits commerçants, malades).


Mots-clés : Québec, engagement, consommation, militantisme, don de sang


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.