Le « parler jeune » : une pratique culturelle contemporaine entre identité, représentations et dynamiques interculturelles

Vivien Meli Meli, Richelle Gnintedem Tchoubou, Karim Nana

Résumé


Si la jeunesse africaine est statistiquement – largement – majoritaire1, elle est tout aussi – largement – politiquement minoritaire2. En dépit de leur relégation aux places marginales, les jeunes parviennent à se faire remarquer par des constructions sociales inédites. Le « parler jeune », en l’occurrence lecamfranglais, est l’une de ces manières de penser et de faire que les jeunes, dans leur diversité,construisent. À partir d’une approche méthodologique qualitative, portée par la théorie constructiviste bourdieusienne, il est question de comprendre la dynamique d’une pratique linguistique et culturelle (Fleury, 2016) que draine le camfranglais au Cameroun. Le camfranglais, audelà d’une manière de
s’exprimer, est aussi l’expression d’une dynamique culturelle, dont les jeunes en sont des acteurs majeurs. Il est l’expression d’une hybridation et surtout d’une mixité culturelle, dévoilant aussi la pluralité de la jeunesse, contrairement à l’uniformité qu’on peut lui prêter. Le camfranglais, en milieux jeunes, est porteur d’indices de rupture avec les clivages des langues officielles et nationales. Il offre aussi des facilités de communication en lien avec des tabous, notamment sexuels. Le parler jeune, comme le camfranglais en tant que marque identitaire, est le miroir des sociétés contemporaines, mais aussi le reflet d’une jeunesse en quête d’elle-même dans une société oppressante.

Mots-clés : jeunes, camfranglais, identité, dynamique interculturelle et multilinguistique, Cameroun.


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.