Perspectives théoriques pour une définition des études sur le genre, les sexualités et les normativités

Gabrielle Richard

Résumé


Des travaux en sociologie de l’éducation, en sociologie de la jeunesse, et en études féministes et de genre ont historiquement mis au jour l’existence de normes sociales genrées dans les principales instances de socialisation comme la famille, l’école, les groupes de pairs ou les médias. Ces normes de genre réfèrent aux attentes sociales et culturelles ciblant les personnes en fonction de leur assignation de sexe à la naissance, et contribuant à établir lesquels des corps, des comportements et des identités sont considérés comme « normaux » (attendus, adéquats ou désirables) dans une société donnée, à un moment spécifique. En continuité directe avec ces analyses, les études sur les normativités de genre et de sexualité qui ont émergé depuis le début des années 2000 ont interrogé les processus normatifs de mise en genre et en sexualité, particulièrement auprès d’une population jeune. À partir d’une variété d’approches théoriques et méthodologiques, ces travaux observent les mécanismes d’entrée dans la sexualité et dans les dynamiques de séduction hétérosexuelle, analysent l’hétérosexualité comme institution, et interrogent les modèles s’émancipant des conceptions hétéronormatives dominantes ou encore reconduisant une bicatégorisation par sexe. Cet article suggère un pas de côté favorisant le recul nécessaire à la proposition des fondations d’un champ de recherche sur le genre, les sexualités et les normativités

Mots-clés : genre, sexualités, hétéronormativité, bicatégorisation par sexe, normes sociales


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.