Rapport au territoire et expérience de la migration interne chez les jeunes : réflexions à partir de travaux du Groupe de recherche sur la migration des jeunes

Serge Côté

Résumé


Dans un premier temps, les orientations théoriques qui ont guidé le Groupe de recherche sur la migration des jeunes (GRMJ) sont exposées sommairement et le potentiel de renouvellement qu’elles contenaient est mis en évidence. La question du rapport des jeunes au territoire est par la suite abordée à partir de diverses comparaisons tirées de certains travaux du GRMJ et de chercheurs qui ont marché dans les traces théoriques et méthodologiques du GRMJ. De ces comparaisons il ressort que l’augmentation du phénomène migratoire et de sa fluidité a pour effet de rendre plus dynamique le rapport des jeunes au territoire; que les jeunes qui sont plus libres dans leurs choix de migrer éprouvent un sentiment d’appartenance plus marqué et un rapport plus vibrant à leur territoire d’origine; que les facteurs qui favorisent l’attachement à la région où les migrants s’établissent ne sont pas de nature différente chez les jeunes qui en sont originaires et qui y reviennent et les jeunes qui ont grandi ailleurs; que les migrants de retour surpassent les non-migrants sur les plans de la réalisation de projets, de l’implication et de l’intérêt pour le devenir de la région, signe d’un rapport plus actif au territoire. Enfin, l’importance de la contribution du GRMJ en ce qui concerne l’étude de la migration des jeunes au Québec est soulignée. L’originalité de l’apport du GRMJ tient en partie au souci de ses chercheurs de faire une place dans leurs analyses au rapport des jeunes au territoire.

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.