Une jeunesse en quête de sens? Le rapport au travail des jeunes français à travers le prisme des effets de génération et d’âge

Estelle Bonnet, Zora Mazari, Élise Verley

Résumé


Cet article interroge l’évolution du rapport au travail des jeunes français dans un contexte marqué par une relative instabilité des normes d’emploi et une détérioration des conditions d’entrée sur le marché du travail. L’étude du rapport au travail invite à la prise en compte de dimensions objectives de « qualité d’emploi », et de dimensions plus subjectives d’appréciation relative aux parcours, à la situation de travail, aux priorités accordées à la vie professionnelle au regard des autres sphères de la vie sociale. L’analyse de l’évolution du rapport au travail procède de deux entrées complémentaires. À partir des enquêtes Génération du Céreq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications), la première interroge les représentations et leurs évolutions au fil des générations, à 18 ans d’intervalle. La seconde poursuit l’analyse à l’échelle d’une seule cohorte de jeunes, observés sur 7 années de vie active afin de cerner un éventuel effet d’âge. Ce dernier est appréhendé à partir du parcours de vie des individus, des évolutions qui l’accompagnent, des contextes et expériences de travail, des changements et étapes d’entrée dans la vie adulte, des origines sociales ou encore du genre. L'étude menée permet d’identifier quatre classes de jeunes entretenant un rapport subjectif différencié au travail, oscillant entre des formes de satisfaction ou de résignation dans l’appréciation de la situation de travail, de promotion ou de déclassement, même si pour autant l’optimisme par rapport à l’avenir est de mise pour une grande majorité des jeunes.


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.