Appel à contributions | La dimension territoriale des parcours des jeunes

Appel à contributions

La dimension territoriale des parcours des jeunes

 

La Revue Jeunes et Société lance un appel à contributions pour un dossier sur le thème de la dimension territoriale des parcours des jeunes coordonné par Marco Alberio (Université du Québec à Rimouski – Chaire de recherche du Canada ISDéT), María Eugenia Longo (Institut national de la recherche scientifique) et Mircea Vultur (Institut national de la recherche scientifique).

 

Les intentions de contributions (3 000 signes maximum, espaces compris), incluant un titre préliminaire, une présentation du sujet (contexte et positionnement dans la littérature), son traitement (méthodologie) et les principaux résultats, doivent être adressées à rjs@ucs.inrs.ca au plus tard le 15 septembre 2018. Les auteurs dont les propositions sont retenues seront avisés vers le 15 octobre 2018. L’acceptation de l’intention ne présume pas de l’acceptation de l’article, lequel sera soumis à la procédure d’évaluation habituelle de la revue (évaluation par les pairs).

 

Les articles complets (en français, maximum 60 000 signes, espaces compris, références incluses, accompagné d’un résumé de 1500 signes, espaces compris) devront être soumis avant le 1er février 2019 en version électronique sur le portail de la revue.

 

Les auteurs sont invités à consulter la politique éditoriale de la revue et les directives aux auteurs pour la préparation des textes finaux. La revue n’accepte que les textes originaux et inédits qui ne sont pas en évaluation par une autre revue.

 

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, contacter rjs@ucs.inrs.ca.

 

Présentation de la thématique

Bien qu’elles puissent être conceptualisées de diverses manières, les notions d’espace et de territoire s’avèrent être des éléments fondamentaux influençant les expériences et les parcours des jeunes. D’une part, la dimension territoriale donne de l’information sur les populations ainsi que sur les dynamiques dans lesquelles les parcours s’inscrivent (Lupton, 2003; Alberio, 2014). En effet, la structure des territoires contribue à la configuration des opportunités et révèle des contraintes au déroulement des cheminements. Au sein des territoires se forgent également les identités, les cultures, les sentiments d’appartenance. Matériellement ou symboliquement, le territoire et ses échelles marquent aussi les grandes étapes du passage à l’âge adulte, que ce soit avant et durant la décohabitation de la résidence familiale et le départ de la ville d’origine, et après lors de l’insertion socioprofessionnelle et résidentielle (Gauthier, 2018). D’autre part, l’approche des parcours est souvent mise de l’avant par sa dimension diachronique et par sa capacité à retracer dans le temps le processus de construction des âges (Van de Velde, 2015). Cependant la richesse de cette approche initiée par Elder (1973, 1994) et que d’autres auteurs (Bernard, 2007) ont reprise, réside également dans sa capacité à contextualiser les parcours des individus dans des communautés et des contextes spatiaux, à souligner les ancrages institutionnels et relationnels de la vie des individus (Longo, 2016). Cette double perspective prenant en compte, à la fois, les territoires et les parcours, constitue le principal levier de réflexion au cœur de cet appel concernant la population des jeunes. L’une ou l’autre des avenues est empruntée depuis quelques décennies non seulement par les recherches scientifiques mais également par les politiques publiques. En effet, en parallèle avec les dispositifs nationaux ou transnationaux, il existe une montée en puissance de l’échelon territorial local en ce qui concerne les choix des politiques à l’intention des jeunes, (Loncle, 2010; Alberio et Handfield 2018) faisant suite notamment aux études telles que les neighbourhood effects studies ou aux enquêtes menées par le Groupe de recherche sur la migration des jeunes (GRMG) au Québec dans les années 1990 et 2000.

Dans le prolongement de ces études, et avec la volonté de problématiser et analyser en profondeur la dimension territoriale des parcours de vie, ce numéro vise à faire le point sur les travaux récents concernant les rapports entre le territoire et les expériences vécues par les jeunes. Le présent appel sollicite donc des contributions d’ordre théorique, méthodologique et empirique, en lien avec la notion de territoire et ses relations avec les parcours des jeunes. Les propositions d’articles devraient aborder des éléments liés à l’analyse des mécanismes socio-spatiaux (Alberio 2011; Alberio 2014) à travers lesquels les territoires façonnent le parcours des jeunes et leurs expériences dans différentes sphères de vie, et réciproquement, à la manière dont ces derniers transforment l’espace.

Les analyses peuvent concerner les milieux non-métropolitains, ainsi que les milieux urbains et s’inscrire dans les axes suivants :

1) La mobilité territoriale (immigration, migration) des jeunes ;

2) L’identification, la représentation et l’identité du territoire dans la construction des parcours des jeunes ;

3) Le rôle des institutions dans les parcours et dans l’intégration des jeunes dans les territoires;

4) Les effets des marchés locaux de formation ou de travail sur les choix professionnels des jeunes.

 


 

Références

Alberio, M. (2014). « Growing up and living in a poor neighbourhood : a comparative analysis on the neighbourhood effects in Paris and Milan ». Sociologia Urbana e Rurale, vol. 103, p. 74-98.

Bernard, P. (2007). The Interconnected Dynamics of Population Change and Life Course Processes. Horizons, 9(4), 13-16.

Elder, G., (1973). Linking Social Structure and Personality, Sage, Beverly Hills.

Elder, G., (1994), “Time, human agency and social change: perspectives on the life course”, Social Psychology Quartely, vol. 57, n° 1, p. 4-15.

Gauthier, M. (2018). « La dyade jeunes et territoires: un fait social incontournable », conférence d’ouverture du Colloque « Les aspects territoriaux des vécus et trajectoires des jeunes », Colloque conjoint de l’Observatoire Jeunes et Société (OJS), de la Chaire du Canada en innovation sociale et développement des territoires (ISDéT) et du Centre de recherche sur le développement territorial (CRDT), Organisé dans le cadre du 86e Congrès de l’ACFAS, 8 mai 2018, Université du Québec à Chicoutimi (UQAC)

Loncle, P. (2010). Politiques de jeunesse, les enjeux d’intégration. Rennes: Presses, universitaires de Rennes.

Longo, M.E. (2016). Les parcours de vie des jeunes comme des processus. Cahiers dynamiques, (67 Parcours des jeunes et institutions), 48-57.

Lupton, R. (2003) ‘Neighbourhood Effects’: Can we measure them and does it matter? CASEpaper 73, Centre for analysis of social exclusion, London School of Economics.

Van de Velde, C. (2015). Sociologie des âges de la vie. Paris : Armand Colin